NNC Logo
Northern Newfoundland Club of Great Britain



Nourrir son Terre-neuve

Notions pratiques et, à la limite, recettes de cuisine me semblent plus utiles au lecteur moyen que tableaux, chiffres, compositions chimiques et statistiques. Certes cela impressionne moins, mais cela permet de mieux tenir compte des particularités individuelles tant canines qu'humaines. Les quantités de nourriture distribuées doivent toujours être adaptées à la physiologie et au travail de chaque être.

Longtemps le Terre-Neuve a accompagné les pêcheurs de morue. Sur les morutiers, il était évidemment nourri avec les moyens du bord : restes des repas de l'équipage du bord et poissons. Revenu à terre, notre chien en a conservé des besoins de luxe : il lui faut plus de protéines qu'à la majorité des molosses.

Le chiot et sa mère

Allaitement maternel exclusif

Des premiers 15 jours à 3 semaines il vaut mieux se contenter de surveiller la portée. La mère allaite ses chiots et pendant la tétée leur lèche tendrement anus et organes urinaires.

Elle déclenche ainsi les réflexes d'élimination de ses petits. Si la chienne est défaillante, l'homme peut la remplacer : il faut alors du lait de chienne de remplacement, de la patience, biberons, tétines, beaucoup de propreté et accepter de se lever la nuit. A chaque biberon, il faut également laver avec un coton imbibé d'eau chaude, chaque petit derrière canin, si l'on veut éviter une constipation aussi opiniâtre que mortelle.

Complémentation de l'allaitement maternel

A partir du moment où les jeunes commencent à ouvrir les yeux, c'est-à-dire entre 2 et 3 semaines, il est intéressant de commencer à aider la chienne dans son ouvrage. La portée sera plus belle, surtout si elle est nombreuse, et enfin les chiots seront plus sociables s'ils sont manipulés très jeunes.

Pour cela, on distribue du lait de chienne reconstitué dans de petites soucoupes stables, stérilisées et réchauffées à l'eau bouillante. On trempe un doigt dans le lait et on le donne à lécher au petit. Il reste à rapprocher le doigt du lait jusqu'au moment où le chiot arrive au contact et commence à laper tout seul. La mère est après toute heureuse de vider les restes et de nettoyer ses petits.

Présevrage et sevrage

C'est à dessein que ces deux paragraphes sont réunis : le passage de l'un à l'autre doit être insensible à force de progressivité si l'on veut éviter tout incident. Toute erreur à cet âge peut entraîner des catastrophes intestinales : si la diarrhée dégénère en toxicose, le risque est mortel pour les chiots.

Lorsque les chiots ont pris l'habitude de laper leur lait trois fois par jour dans une soucoupe, la préparation au sevrage peut commencer. On ajoute d'abord dans le lait reconstitué pour chien un peu de farine de céréales biscuitée, donc plus digeste (il en existe plusieurs variétés destinées à l'alimentation des bébés humains). De jour en jour, on augmente la consistance du repas servi. Vers l'âge de 4-5 semaines on commence à y ajouter un tout petit peu de viande hachée crue.

Si l'on veut réduire un peu les frais, on peut remplacer progressivement le lait de chienne reconstitué par de la poudre de lait destinée à l'élevage des agneaux. Les farines biscuitées seront, elles, abandonnées au profit de flocons de céréales et de légumes desséchés par procédé Hatmaker ou par des granulés du commerce destinés à l'alimentation des chiots. Ces derniers seront alors, au début tout au moins, mixés dans le lait et permettront ainsi d'épaissir le repas et d'habituer les jeunes au goût de ce qui leur sera ensuite distribué après le sevrage.

On éloignera aussi de plus en plus la chienne de sa nichée. Entre 5 et 6 semaines, les petits doivent être capables de se nourrir seuls. C'est le moment où il faut diminuer rapidement et sérieusement la ration de la mère nourrice.

L'adolescence

A partir du moment où les chiots peuvent s'alimenter entièrement seuls, et où ils n'ont plus de complément aux tétines maternelles, le sevrage est terminé. Commence alors l'adolescence. Cette période, très importante dans la vie de tous les molosses, va leur permettre une fois de plus de multiplier leur poids par dix ou plus.

On donne au début 3 ou 4 repas par jour, vers 4 mois, 3 repas par jour puis, après 6 mois, 2. Bien des éleveurs conseillent de ne donner plus qu'une fois par 24 heures après l'âge d'un an. Je préfère personnellement donner deux gamelles quotidiennes pour diminuer les risques de retournement d'estomac.

Suivant le mode d'alimentation choisi, on pourra donner une soupe du commerce à partir de 4 mois conjointement à des croquettes pour chiots en croissance dont on diminuera progressivement l'importance relative. Ainsi à 3 mois par exemple, on donnera du lait avec des croquettes; à midi, la soupe avec du lait et pendant la nuit, en libre distribution, des croquettes pour chiots sèches. Evidemment, il faudra toujours maintenir à la disposition des animaux de l'eau pure et fraîche. Ce dernier point peut poser un problème de surveillance et de renouvellement si les jeunes ont décidé qu'il était très amusant de se baigner dans la cuvette ou le seau.

La maîtresse de maison est en droit de préférer préparer elle-même la nourriture de ses chiens. Dans ce cas, elle pourra se baser sur une soupe composée au début pour un quart de légumes, pour un autre quart de riz très cuit et pour deux quarts de viande crue (bœuf de préférence ou viande de volaille). Bien entendu, il est normal de remplacer de temps à autre la viande par du poisson sans arêtes ou du fromage.

On ajoutera au repas, une cuillerée d'huile de maïs et suivant la taille du chiot une à trois mesures d'un complément minéral vitaminé. Il ne faudra jamais oublier que calcium, phosphore et vitamines sont certes indispensables mais que les pêcheurs du siècle dernier élevaient déjà des chiens de plus de 70 cm au garrot sans connaître ces compléments.

De même, donner à la fois un concentré minéral vitaminé et de l'huile de foie de morue, permet trop souvent de dépasser les doses utiles. Un excès dans ce cas est aussi nocif qu'une carence. Il semble d'ailleurs que l'impact accru et la sévérité de plus en plus grande de l'expression de certaines tares partiellement héréditaires comme la dysplasie de la hanche, proviennent en bonne partie excès de table.

De toutes manières, quel que soit l'âge du chien, les os sont et restent déconseillés, spécialement ceux de volaille, de lapin, de porc ou de mouton. Pour simplifier, disons qu'il faut absolument proscrire tous les os qui peuvent soit donner des esquilles, soit être avalés tels quels ou après avoir été rongés.

Alimentation de l'adulte

Il faut ici introduire quelques nuances et ne pas nourrir de la même façon un chien qui travaille dur et un autre qui passe son temps à dormir.

Ration d'entretien

La ration d'entretien est celle qui permet d'entretenir un Terre-Neuve en bonne forme sans qu'il y ait amaigrissement, engraissement ou production (travail ou reproduction).

On s'accorde en général pour dire qu'une soupe, aliment complet du commerce à 20-25 % de matière protéique, convient parfaitement. Dans le cas de cuisine familiale, on prend pour régime de base : un tiers de riz très cuit, un tiers de légumes et un tiers de viande et l'on ajoute à l'ensemble deux cuillerées d'huile de germe de maïs ou d'olive. Bien entendu, cette répartition peut être interprétée de manière différente en remplaçant par exemple le riz par les flocons d'avoine, la viande par du poisson (sans arêtes) ou du fromage, etc.

Régime du travailleur

Il faut cette fois donner plus d'énergie. On prend par exemple des soupes ou des croquettes à 25-30 % de matière protéique (on les appelle souvent d'ailleurs aliments "haute énergie") ou l'on augmente le taux énergétique des repas distribués. Pour cela il suffit de donner plus de viande et de matières grasses. Il faut se rappeler que le chien, surtout s'il fait froid et qu'il va à l'eau, supporte sans problème des taux de matière grasse énormes (plus de 50 %). On peut donc ajouter tranquillement, suivant le cas et le travail demandé, entre 200 et 500 g de lard non fumé, non salé, de préférence cru.

Gestation

Il faut cette fois tenir compte de ce que la chienne va avoir à fabriquer ses chiots. Pour cela, il lui faut des protéines de bonne qualité. On se gardera de la gaver : une femelle grasse a toujours plus de problèmes qu'une autre lors de la mise bas. Ce n'est que 8 à 15 jours avant la date de la naissance attendue que l'on commencera à modifier quoi que ce soit, viande crue ou poisson cuit de bonne qualité et supplément de fromage venant progressivement enrichir le menu sans surtout augmenter la quantité distribuée. Un complément de calcium, phosphore et vitamines, ne devra pas intervenir avant les tous derniers jours de la gestation pour ne pas risquer une ossification trop précoce des os fœtaux. Il vaut également mieux donner un repas supplémentaire sans augmenter notablement la ration, pour tenir compte du volume occupé dans la cavité abdominale.

Lactation

La lactation est certainement la période de production la plus intense dans la vie d'une chienne. Il faut lui permettre de faire face sans qu'elle-même ne dépérisse. Trois repas par jour seront composés soit d'aliments à haute énergie, soit d'une pâtée comportant 50 % de viande.

Les cas de lactation nerveuse entraînent par contre une attitude complètement différente : deux jours de jeûne complet avec un peu d'eau fraîche permettent souvent de diminuer très sérieusement la sécrétion de lait. On donne, si nécessaire, le troisième jour un repas léger assaisonné de deux ou trois cuillerées de parafine et de deux bonnes poignées de persil. Il faut bien entendu éviter soigneusement de traire ou de laisser la chienne se téter elle-même. Si ses mamelles sont trop congestionnées et chaudes, on pourra appliquer une compresse épaisse imbibée d'alcool camphré.

Dans tous les cas, il faudra revenir progressivement à une alimentation normale dès la cessation de la production lactée indésirable ou dès la fin du sevrage.

Régimes particuliers

Chez le chien comme chez l'homme, certains malades se portent mieux s'ils suivent un certain régime.

Constipation

En cas de constipation canine, la première des choses à faire est de supprimer les os. On augmente ensuite le taux de fibres cellulosiques de l'alimentation en donnant plus de légumes et moins de viande et de riz. Son et carottes crues râpées sont utiles en ce cas. Au besoin, on pourra ajouter une cuillerée d'huile de paraffine et une cuillerée d'huile d'olive.

La première servira de lubrifiant et la deuxième videra la vésicule biliaire.

Diarrhée

Cette fois il faut diminuer le taux de fibres de la ration. Les carottes seront données bien cuites et l'eau de riz pourra remplacer l'eau de boisson normale.

Régime pour chien trop gras

Il est évidemment plus facile de faire maigrir son chien que de maigrir soi-même. Certes il est normal qu'un Terre-Neuve possède une bonne couche isolante de lard sous-cutané.

Il y a cependant trop souvent des exagérations : un mâle Terre-Neuve adulte de grande taille (80 cm au garrot) ne devrait pas dépasser de beaucoup les 65 kg. Sinon un régime amaigrissant s'impose. La première des choses à faire est de bannir le chien de la salle à manger aux heures des repas familiaux. Ensuite, donner deux repas par jour en diminuant progressivement les quantités distribuées. Pour rendre la cure moins amère, il est loisible de forcer sur la quantité de légumes distribués: riches en cellulose, ils rassasient sans pour autant engraisser.

Régime pour vieux chiens

Le principe dans ce cas est de ménager le foie et les reins fatigués : en éloignant le spectre de l'urémie, on favorise la longévité du compagnon âgé. Ce résultat s'obtient en diminuant les quantités de protéines et en veillant sur la qualité et la digestibilité de ces dernières. Tendons et nerfs sont à proscrire. Par contre, le poisson cuit sans arêtes ou le fromage blanc devront figurer plus souvent au menu.

Conclusion

Le bon sens et un raisonnement sain me paraissent ici au moins aussi utiles que chiffres et tableaux. L'expérience et la connaissance, le sens de l'observation restent des qualités indispensables pour faire un bon éleveur. Il faut en outre ne jamais négliger l'abreuvement dont le rôle et la qualité sont trop souvent méconnus : de plus en plus souvent, on rencontre des problèmes causés par une eau de boisson polluée.


Doggy ( Male)


Nancy ( femelle)


Nancy avec Le chiot ( Hero)


Piggy qui s'amuse